*** Corrigé proposé par le site lewebpedagogique.com : http://lewebpedagogique.com/forums/serie-college-sujet-de-francais-corrige-t10741.html............... et éventuellement modifié par mes soins............... Sous réserve des corrections proposées par le rectorat le 2 juillet.********

Questions

I. Le portrait de l’estrassier

1.
a.   Les éléments qui caractérisent Ali sont « un homme (…) usé par la vie » (l.5), « avoir dormi dehors », avoir bu trop de vin », « n’avait pas de domicile et pas vraiment de métier ».
b.   Il est « estrassier », chiffonnier, c’est à dire qu’il va « de poubelle en poubelle et ramasse tout ce qui peut se vendre ».

2.
a. Le rapport logique exprimé est la cause (avec "pour") ... Peut être que l'addition avec "et" sera acceptée.
b. parce qu’il avait dormi dehors et parce qu’il avait bu trop de vin.

3.
a. Le champ lexical présent est celui de la guerre : « soldat », « monté à l’assaut », « balles »
b. On apprend qu’il a préféré oublier ou ne plus penser à son passé.

4.
a. fonction : complément circonstanciel de manière du verbe sortir.
b. le trait de caractère mis en valeur est la délicatesse.
c. « sans oser approcher d’elle son visage à la barbe hirsute ».

II. La découverte

1.
a. Cette phrase retranscrit les pensées d’Ali.
b. discours indirect libre.
c. Qui a mis ce carton là, sur mon lit ? Peut-être qu’un autre gars de la chiffe a décidé de s’installer sous le pont ?

2. l’ouïe : « entendit », le mot « voix » est répété plusieurs fois et la vue : "vit"
Il fallait noter les lignes

3. classe grammaticale : groupe nominal

4.
a. Les expansions du mot voix sont : « qui appelait » subordonnée relative ; « d’enfant » groupe nominal ; « de bébé nouveau né » groupe nominal.
b. On sait qu’il s’agit d’un bébé.

III. L’enfant sous le pont

1.
a. rapport logique : conséquence
b. sa taille « petitesse » et son poids « légèreté »

2. poupée vivante : le bébé est si petit, si légér, si mignon qu’il est comparé à une poupée.

3. Le bébé est en danger car il est « tout nu » et risque de mourir de froid « sa peau était rougie par le froid, hérissée de milliers de petites boules à cause de la chair de poule. »

4. « l’enfant de sous le pont », son enfant, sa fille.

Réécriture :

Ce matin-là, Ali et Marcel étaient fatigués. Ils pensaient à la bonne lampée de vin qu’ils allaient boire avant de se coucher sur leur(s) lit(s) de cartons sous leur couverture militaire qui les abritait du froid comme une tente.

Rédaction :

Il fallait écrire un article de journal. Les consignes étaient claires : il fallait
• Penser à donner un titre ; signer J. P.
• Raconter l’histoire d’Ali et du bébé devenu une petite fille (« quelques années plus tard »), vous pouviez choisir l’age que vous vouliez pour la petite. Il fallait écrire au passé. Vous pouviez insérer une phrase donnée par Ali ou la petite ; si cela a été le cas il fallait conjuguer les verbes correctement et ne pas oublier les guillemets.
• Expliquer en quoi la vie d’Ali a changé en donnant plusieurs arguments (il a dû chercher un travail, arrêter de boire…)
• Expliquer pourquoi : nourrir la petite, trouver du lait, des couches…
• Vous deviez vous appuyer sur le texte de Le Clézio.
• Vous deviez faire particulièrement attention au niveau de langue employé…

Correction de la dictée :

Dans les villages, on ne lui donnait guère : on le connaissait trop ; on était fatigué de lui depuis quarante ans qu’on le voyait promener de masure en masure son corps loqueteux et difforme sur ses deux pattes de bois. Il ne voulait point s’en aller cependant, parce qu’il ne connaissait pas autre chose sur la terre que ce coin de pays, ces trois ou quatre hameaux où il avait traîné sa vie misérable. Il avait mis des frontières à sa mendicité.

Maupassant, Contes du jour et de la nuit, Folio.